PSG Online
Tu viens sur PSG ONLINE!

Alors enregistre toi si tu n'es pas membre et voila ce que tu pourras avoir :

- Matchs du PSG en direct et en vidéo sur le forum

- Une partie VIP pour les plus actifs : participer a la vie du forum, avoir des liens utiles de VIP des offres etc...

- Une grosse connaissance des membres du PSG sur ce forum donc de grand débat et d'échange.

- Une ambiance magnifique et détendu egrâce au Bar PSG ONLINE.

Donc un forum magnifique et un grand lieu de détente !!!
Allez rejoins nous vite et clic sur inscription ou connexion!
PSG Online
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.



 
PortailAccueilRechercherS'enregistrerConnexion
Réouverture prochaine du forum.
-50%
Le deal à ne pas rater :
-50% sur Nike Air Max 200 Winter
63 € 125 €
Voir le deal

 

 Revue de Presse

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 15 ... 27, 28, 29, 30  Suivant
AuteurMessage
kevinpsg55
Banni
Banni
kevinpsg55

Masculin Nombre de messages : 6503
Age : 33
Localisation : bar le duc
Emploi : branleur
Date d'inscription : 31/10/2005

Revue de Presse - Page 28 Empty
MessageSujet: Re: Revue de Presse   Revue de Presse - Page 28 EmptyVen 23 Fév - 23:38

Revue de presse


Revue de Presse - Page 28 Rdp1
Après la victoire et la qualification parisienne obtenue hier sur la difficile pelouse du Parc des Princes face aux Grecs de l'AEK Athènes, la presse insiste sur le sérieux des joueurs de la capitale et sur la faiblesse de l'adversaire.

Revue de Presse - Page 28 Fleche_rouge Revue de Presse - Page 28 Afp "Le PSG a dominé l'AEK Athènes 2-0"
Le Paris SG, qui avait assuré l'essentiel au match aller avec deux buts inscrits en Grèce, a joué le jeu jusqu'au bout, jeudi au Parc des Princes, en dominant l'AEK Athènes 2-0, obtenant sans surprise son billet pour les 8e de finale de la Coupe de l'UEFA.
Source : Cliquez ici

Revue de Presse - Page 28 Fleche_rouge Revue de Presse - Page 28 Lequipe.fr "Paris capitalise"
Le Paris-SG commence à s'habituer au succès. L'équipe de Paul Le Guen a enregistré jeudi soir sa quatrième victoire consécutive, toutes compétitions confondues, face à l'AEK Athènes (2-0). Brillants vainqueurs au match aller dans la fournaise du Stade Olympique d'Athènes (2-0), les joueurs de la capitale ont fait mieux que gérer leur avantage et l'heure ne semble plus à la reconquête.
Source : Cliquez ici

Revue de Presse - Page 28 Fleche_rouge Revue de Presse - Page 28 Sport24 "Paris sans adversité"
Solide et sérieux, le PSG n’a eu aucun mal à se défaire au Parc des Princes d’un AEK Athènes sans ambition et très décevant (2-0). Une qualification tranquille pour les Parisiens qui affronteront Benfica en 8es.
Source : Cliquez ici

Revue de Presse - Page 28 Fleche_rouge Revue de Presse - Page 28 SportsFR "Paris tient le bon cap"
Le PSG s'est qualifié jeudi pour les huitièmes de finale de la Coupe de l'UEFA en battant, comme lors du 1/16e aller, l'AEK Athènes 2-0 , confirmant ainsi la bonne passe que traverse la formation de Paul Le Guen.
Source : Cliquez ici

Revue de Presse - Page 28 Fleche_rouge Revue de Presse - Page 28 Football365 "Travail accompli"
Le PSG a livré un match sérieux pour de nouveau s’imposer face à l’AEK Athènes sur le même score qu’à l’aller (2-0). Les Parisiens rencontreront en huitièmes de finale le Benfica Lisbonne.
Source : Cliquez ici

Revue de Presse - Page 28 Fleche_rouge Revue de Presse - Page 28 FootballFR "Le PSG sans forcer"
Sans l'ombre d'un doute. Grâce à une réalisation de Pierre-Alain Frau en première période (41e), puis un penalty de Bernard Mendy, le club de la capitale a facilement composté son ticket pour les huitièmes de finale de la Coupe de l'UEFA au dépens de l'AEK Athènes (2-0). Les Parisiens avaient fait le plus dur lors du match aller en s'imposer 2-0 en Grèce. Le PSG, qui a remporté un quatrième succès de rang, défiera au prochain tour de l'épreuve le Benfica Lisbonne, match aller au Parc des Princes le 8 mars prochain, retour le 14 ou le 15 mars.
Source : Cliquez ici

Revue de Presse - Page 28 Fleche_rouge Revue de Presse - Page 28 Psgfr "La passe de quatre"
Cette quatrième victoire consécutive, toutes compétitions confondues, ouvre au PSG la porte des 8es de finale de la Coupe UEFA, avec un alléchant PSG-Benfica Lisbonne à l’horizon. Libérés par Frau dès la 42e minute de jeu, les Parisiens auront tranquillement géré ce match en gardant dans un coin de leur tête le choc de dimanche contre Saint-Etienne.
Source : Cliquez ici

Revue de Presse - Page 28 Fleche_rouge Revue de Presse - Page 28 Planetepsg "Paris tranquille..."
Au terme d’un match assez peu rythmé, le PSG s’est qualifié sans encombres aux dépens de l’AEK Athènes pour les 1/8ème de finale de la coupe UEFA. Après leur victoire 2-0 à l’aller, les Parisiens ont réédité la même performance avec un succès obtenu sur le même score grâce à des buts de Frau et Mendy sur pénalty. Paris rencontrera le club portugais de Benfica en 1/8ème avec match aller au Parc le 8 mars prochain. C’est la quatrième victoire consécutive toutes compétitions confondues pour le club de la capitale, ce qui n’était plus arrivé depuis près de trois ans…
Source : Cliquez ici
Revenir en haut Aller en bas
iwardnoyo
Entraineur
Entraineur


Nombre de messages : 3156
Date d'inscription : 05/05/2005

Revue de Presse - Page 28 Empty
MessageSujet: Re: Revue de Presse   Revue de Presse - Page 28 EmptySam 24 Fév - 1:48

super les titres!
Revenir en haut Aller en bas
2BPSG
Légende PsgOnline
Légende PsgOnline
2BPSG

Masculin Nombre de messages : 36920
Age : 34
Localisation : Vincennes (94)
Date d'inscription : 19/02/2005

Revue de Presse - Page 28 Empty
MessageSujet: Re: Revue de Presse   Revue de Presse - Page 28 EmptySam 24 Fév - 8:22

Enfin une nouvelle pelouse ?

La direction du PSG avait annoncé, avant la victoire face à Monaco (4-2) lors de la 24ème journée de L1, avoir procédé à des travaux de rénovation de la pelouse. Le résultat était pour le moins peu visible et l’amélioration durable du terrain ne s’est pas fait ressentir, au contraire. L’attaquant Pierre-Alain Frau (26 ans, 5 matches en coupe UEFA cette saison, 2 buts) dresse un constat sans équivoque dans le quotidien Le Parisien : c'est très compliqué, il y a des rebonds que tu n'attends pas et c'est impossible de faire une bonne passe. (...) Vu notre situation c'est bien que vraiment tous les atouts soient de notre côté." Le milieu Edouard Cissé (28 ans, 6 matchs en coupe UEFA cette saison, un but) ajoute : "la qualité de la pelouse est médiocre. Elle est lourde, ce n'est pas évident de faire des efforts pendant 90 minutes." Des nouveaux travaux de rénovation de la pelouse du Parc des Princes débuteront au lendemain du match contre Saint-Étienne dimanche soir pour la 26ème journée de L1. La nouvelle pelouse doit être opérationnelle pour la réception du Benfica Lisbonne en 8ème de finale aller de la Coupe UEFA, le 8 mars.
Revenir en haut Aller en bas
kevinpsg55
Banni
Banni
kevinpsg55

Masculin Nombre de messages : 6503
Age : 33
Localisation : bar le duc
Emploi : branleur
Date d'inscription : 31/10/2005

Revue de Presse - Page 28 Empty
MessageSujet: Re: Revue de Presse   Revue de Presse - Page 28 EmptySam 24 Fév - 12:58

ésperont se sera pas un petit carré comme la derniere fois mdr
Revenir en haut Aller en bas
Titou
Séléctionneur
Séléctionneur
Titou

Masculin Nombre de messages : 7057
Age : 32
Date d'inscription : 06/08/2005

Revue de Presse - Page 28 Empty
MessageSujet: Re: Revue de Presse   Revue de Presse - Page 28 EmptySam 24 Fév - 14:49

hihi On aurait l'air intelligent
Revenir en haut Aller en bas
kevinpsg55
Banni
Banni
kevinpsg55

Masculin Nombre de messages : 6503
Age : 33
Localisation : bar le duc
Emploi : branleur
Date d'inscription : 31/10/2005

Revue de Presse - Page 28 Empty
MessageSujet: Re: Revue de Presse   Revue de Presse - Page 28 EmptySam 24 Fév - 15:32

lol grave mdr
Revenir en haut Aller en bas
NeiBaF
Légende PsgOnline
Légende PsgOnline
NeiBaF

Masculin Nombre de messages : 10656
Age : 34
Localisation : Alfortville
Emploi : Data operator
Date d'inscription : 28/05/2005

Revue de Presse - Page 28 Empty
MessageSujet: Re: Revue de Presse   Revue de Presse - Page 28 EmptySam 24 Fév - 15:40

Samedi 24 Février

Revue de Presse - Page 28 Logov37bl

Kalou dans le groupe ?

Forfait contre l’AEK Athènes (2-0), à cause d’une entorse de la cheville gauche, Bonaventure Kalou va mieux.

Hier matin, l’Ivoirien a couru, en forêt, en compagnie du préparateur physique du PSG. « Ça va beaucoup mieux, même si je ressens encore une petite gêne ligamentaire. J’espère être dans le groupe dimanche. Je suis assez optimiste. » Kalou s’entraînera avec le groupe cet après-midi et une décision sera prise à l’issue de la séance. S’il ne souffre pas en frappant le ballon, il fera partie des 18. En revanche, il ne débutera pas. Le Guen devrait faire confiance à son équipe type. Sorti à la pause contre les Grecs, Pauleta conduira à nouveau l’attaque, avec, à sa gauche Gallardo, à sa droite, Frau et, derrière lui, Luyindula.

L’équipe probable : Landreau – B. Mendy, Rozehnal, Armand, Dramé – E.Cissé, Rothen – Frau, Luyindula, Gallardo – Pauleta (cap.)
Revenir en haut Aller en bas
http://forum.culturepsg.com
RuBeN
Séléctionneur
Séléctionneur
RuBeN

Masculin Nombre de messages : 7015
Age : 28
Date d'inscription : 05/04/2005

Revue de Presse - Page 28 Empty
MessageSujet: Re: Revue de Presse   Revue de Presse - Page 28 EmptyDim 25 Fév - 2:29

Kalou est belle et bien dans le groupe beber
Revenir en haut Aller en bas
NeiBaF
Légende PsgOnline
Légende PsgOnline
NeiBaF

Masculin Nombre de messages : 10656
Age : 34
Localisation : Alfortville
Emploi : Data operator
Date d'inscription : 28/05/2005

Revue de Presse - Page 28 Empty
MessageSujet: Re: Revue de Presse   Revue de Presse - Page 28 EmptyDim 25 Fév - 2:31

Yes Wink Tant mieux on a besoin de tout le monde pour s'en sortir Exclamation
Revenir en haut Aller en bas
http://forum.culturepsg.com
RuBeN
Séléctionneur
Séléctionneur
RuBeN

Masculin Nombre de messages : 7015
Age : 28
Date d'inscription : 05/04/2005

Revue de Presse - Page 28 Empty
MessageSujet: Re: Revue de Presse   Revue de Presse - Page 28 EmptyDim 25 Fév - 2:33

NeiBaF a écrit:
Yes Wink Tant mieux on a besoin de tout le monde pour s'en sortir Exclamation

Ouai dommage qu'il nous manque ce guerrier de Yepes
Revenir en haut Aller en bas
NeiBaF
Légende PsgOnline
Légende PsgOnline
NeiBaF

Masculin Nombre de messages : 10656
Age : 34
Localisation : Alfortville
Emploi : Data operator
Date d'inscription : 28/05/2005

Revue de Presse - Page 28 Empty
MessageSujet: Re: Revue de Presse   Revue de Presse - Page 28 EmptyDim 25 Fév - 13:57

Dimanche 25 Février

Revue de Presse - Page 28 Logo_lp

Les Verts ne gagnent jamais au Parc

LES JOUEURS de Saint-Etienne s'attaquent ce soir à un mythe. En 24 matchs de L 1 disputés au Parc contre le PSG, les Verts n'ont jamais gagné. Le bilan est à sens unique : seize victoires parisiennes et huit matchs nuls.
Saint-Etienne n'a pas connu plus de réussite au stade de la porte de Saint-Cloud en finale de la Coupe de France 1982, ni en seizième de finale de Coupe de la Ligue en 1998-1999. L'unique défaite à domicile du club de la capitale contre la formation du Forez remonte au 27 février 1972 (3-1 en championnat). Mais à l'époque, le PSG évoluait au Stade de Paris, à Saint-Ouen. Gare toutefois aux statistiques car toutes les séries prennent fin un jour. En outre, le PSG n'a plus battu Saint-Etienne au Parc depuis 2000-2001.


Kalou sur le banc

PAUL LE GUEN a sélectionné un groupe de 19 joueurs. Bonaventure Kalou, qui a fait « un test positif » hier selon son entraîneur, a été retenu et sera vraisemblablement sur le banc ce soir. « Ça va, même si je ressens encore une petite gêne », a reconnu l'attaquant ivoirien en quittant le camp des Loges.
C'est Rodriguez qui pourrait être laissé dans la tribune. L'Uruguyaen souffre d'une petite élongation de la cuisse droite. Il fera un essai ce matin. Par rapport au match de Coupe de l'UEFA contre l'AEK Athènes (2-0), peu de réaménagements sont à prévoir. « Ça va se jouer à deux ou trois changements près, précise Le Guen. On ne va pas s'éloigner de ce qui a été fait jeudi. Ce n'est pas chacun son tour, mais les meilleurs qui jouent. » Dans cette perspective, on retrouvera devant Landreau la défense type (Mendy, Rozehnal, Armand, Dramé), protégée par deux milieux récupérateurs (Cissé, Rothen). Si, en attaque, Le Guen devrait aligner le duo Pauleta-Luyindula, c'est sur les côtés que des modifications pourraient être opérées. Gallardo retrouvera sa place à gauche, alors qu'à droite Frau et Diané sont en balance. Le premier semble tenir la corde


Pour le PSG, ce n'est pas le moment de faiblir

Malgré une série de bons résultats, Paris reste ce matin 17 e au classement et non rélégable à la seule différence de buts. Un nouveau succès s'impose plus que jamais ce soir.


PRES de 40 000 spectateurs sont attendus, ce soir, au Parc des Princes, pour la réception de Saint-Etienne. L'enceinte parisienne devrait connaître sa deuxième meilleure affluence de la saison après Marseille (44 431 spectateurs), le 9 septembre dernier. Trois mois après le décès de Julien Quemener le 23 novembre 2006 à l'issue de la rencontre face à Tel-Aviv, le PSG séduit à nouveau.
« Il y aura du monde ce soir, j'espère que cela va nous aider à surmonter un éventuel coup de pompe, souhaite Paul Le Guen. Jeudi, le public a été bien. » Ce regain d'attractivité coïncide avec l'arrivée du nouvel entraîneur parisien et l'amélioration sensible des résultats sportifs. Depuis quelques semaines, le PSG va mieux. Il reste sur quatre succès : deux en L 1 (Monaco 4-2 et Nancy 3-0) et deux en Coupe de l'UEFA (AEK Athènes, 2-0 à chaque fois). En L 1, sa série se porte même à quatre matchs sans défaite avec, aux deux victoires précitées, deux nuls, un au Parc contre Sochaux (0-0) et un autre plus encourageant (1-1) rapporté de Marseille. Le Paris de Paul Le Guen gagne en sérénité et en consistance dans le jeu. Fini les compositions d'équipe constamment remaniées de Guy Lacombe au gré des adversaires, le nouvel entraîneur parisien s'est forgé un onze type et ne s'en éloigne que lorsque le calendrier exige des rotations. Conséquence : la confiance revient, les buts aussi alors que, dans le même temps, la défense est devenue plus hermétique. Paradoxalement, malgré cette embellie comptable et technique, le PSG ne décolle pas des bas-fonds du classement et reste sous la menace d'une relégation. Si Pauleta et ses partenaires n'avaient pas réalisé un magistral hold-up la semaine passée à Nancy, ils seraient d'ailleurs actuellement dans la zone rouge. C'est donc avec la pression du résultat que Paris reçoit Saint-Etienne. Paul Le Guen le sait et n'a cessé de le répéter à ses joueurs. « Le match le plus important, c'est dimanche (aujourd'hui), contre Saint-Etienne », déclarait-il dès jeudi soir, après le succès contre l'AEK Athènes.
Saint-Etienne traverse une passe délicate Pour continuer de rêver à des jours meilleurs, Paris se doit de battre Saint-Etienne. Prétendants aux places européennes il y a encore peu de temps, les Verts traversent une passe délicate. Ils restent sur deux nuls à l'extérieur et deux défaites à domicile. L'épisode du transfert de Piquionne, finalement parti à Monaco lors du mercato d'hiver, a perturbé un effectif classé troisième à la trêve. A cette histoire se sont ajoutées des tensions et des rivalités au sein du staff stéphanois. Et c'est à Paris, dans une enceinte qui ne lui réussit vraiment pas (24 matchs en L 1, 16 défaites, 8 nuls), que l'ASSE va tenter de se relancer. Mais comme le PSG ne vit décidément pas une saison comme les autres, il convient de rester vigilant et d'éviter la glissade. Ce serait mal venu, alors qu'à nouveau les voyants passent au vert, les uns après les autres.


Feindouno adore le Parc

LE PARC DES PRINCES, Pascal Feindouno aimerait « y jouer tout le temps ». L'enceinte parisienne est, selon le milieu de terrain offensif de Saint-Etienne, « magnifique », « la plus belle de France ». Elle y enferme surtout l'émouvant souvenir de sa naissance professionnelle, le 29 mai 1999.

Ce soir-là, jeune stagiaire bordelais, il trompe Bernard Lama dans le temps additionnel pour inscrire son premier but en Ligue 1, offrir le titre de champion de France aux Girondins et signer, dans la foulée, son premier contrat pro. « Mais, depuis, j'en ai marqué d'autres (5) contre le PSG, rigole le Guinéen. Oui, Paris me réussit bien ! » Et qu'il en aille différemment avec Mickaël Landreau, qu'il n'a jamais battu, ne fait qu'aiguiser son enthousiasme : « Il faut que ça cesse ! »

« Pour me supporter, il faut du courage ! »

Les Parisiens doivent prendre la menace au sérieux. Parce que c'est une affiche, retransmise à la télévision, et que les caméras stimulent toujours Feindouno, dit-on. « Des idioties », soupire le deuxième meilleur buteur des Verts (7 réalisations). En dépit d'une inflammation au talon droit, Feindouno ne veut plus se contenter du statut d'intermittent du spectacle qui lui colle à la peau. Serait-ce l'envie de rentabiliser le bon de sortie accordé par son club en fin de saison ? « Plutôt mon mariage en juin dernier, éclate-t-il de rire. Avec ma femme, je me suis calmé, je mange à l'heure, je fais la sieste... » « C'est ma maman », glisse encore celui qui, adolescent, a justement perdu la sienne. Bien sûr, le fantasque milieu ne rentrera jamais totalement dans le rang. Il continue de sortir, « mais moins souvent et moins tard », de chanter dans son coin du vestiaire même quand l'ambiance apparaît crispée, de sous-estimer l'intérêt des séances vidéo. « Pour me supporter, il faut du courage ! » avoue-t-il. Pour autant, il n'est pas prêt à excuser les auteurs de cette banderole, « Feindouno, les bars de Sainté te regretteront. Pas nous », déployée la saison dernière à Geoffroy-Guichard. « J'ai toujours la rage, affirme l'intéressé. Mais tant que je suis ici, je défendrai ce maillot vert. Oui, je suis là, et bien là. » Sur sa pelouse fétiche du Parc, il espère bien encore une fois faire taire ses détracteurs.


Allain Cayzac « Les sourrires sont revenus »

LE PSG tentera ce soir d'enchaîner une cinquième victoire de rang toutes compétitions confondues, ce qui ne lui est plus arrivé depuis... trois ans. Alain Cayzac reconnaît prendre du plaisir en voyant son équipe retrouver de l'allant.
Avant la rencontre face aux Stéphanois, le président parisien recevra, au nom du club, le Licra d'or, trophée qui récompense chaque année un acteur exemplaire de la lutte contre le racisme, succédant au palmarès à un autre Français, Thierry Henry (2005), et à la Fédération allemande de football (2006).


Vous allez recevoir le Licra d'or aujourd'hui. Que représente cette récompense ?
Alain Cayzac. C'est une grande fierté. Je vais recevoir ce prix au nom du PSG qui lutte sans complaisance et sans relâche contre toutes les formes de discrimination. C'est une preuve que le PSG n'est pas un club de racistes. Je n'admets pas que l'amalgame soit fait entre une minorité de pseudo-supporters et les vrais amoureux du PSG.

« Il fallait un autre discours, d'autres choix, une tactique différente »

Après avoir connu le pire, prenez-vous enfin du plaisir à présider le PSG ?
Je prends du plaisir parce que les résultats sont meilleurs (NDLR : 6 victoires, 3 nuls, 1 défaite depuis 10 matchs), mais c'est encore éphémère. J'aurai moins de retenue à la fin du championnat. On est sur une bonne pente, mais loin d'être assurés du maintien. Les rémunérations au classement de L 1 versées par la Ligue sont importantes.

Avez-vous chiffré les conséquences financières d'une éventuelle remontée ?
C'est important. D'une place à l'autre, quand on approche la moitié de tableau, la différence est d'environ 1 M€. Même si on est rapidement à l'abri, il ne faudra pas baisser le pied. Nous ne sommes qu'à six points du 10 e (NDLR : avant le début de la 26 e journée). J'ai expliqué les enjeux à quelques joueurs cadres, ils se sentent concernés.

Est-ce dans cette optique que vous allez faire changer toute la pelouse du Parc la semaine prochaine ?
Les joueurs et l'entraîneur le demandent à juste titre. Une première tentative n'a pas marché. Ce match contre Saint-Etienne sera le dernier joué sur une pelouse en mauvais état.

Comment définissez-vous l'effet Le Guen ?
C'est une alchimie entre les joueurs et l'entraîneur. Il fallait un autre discours, d'autres choix, une tactique différente. Paul a une autorité naturelle. L'amélioration des résultats a ramené de la confiance, c'est un engrenage. Les sourires sont revenus. Je reste prudent car je sais qu'à Paris on peut descendre aussi vite qu'on monte dans l'opinion. Ce soir, la barre des 40 000 spectateurs au Parc devrait être franchie.

Pensez-vous que le PSG est mieux considéré ?
On ne peut pas demander d'être portés au pinacle quand on est mauvais. Si le Parc se remplit, c'est qu'on a fait de bons résultats avant. Les comptes de la L 1 indiquent que seuls quatre clubs ont été déficitaires en 2005-2006, dont le PSG, le plus mauvais élève (moins 13 M€).

Cette tendance va-t-elle s'inverser un jour ?
Le PSG n'est plus endetté (NDLR : Canal + assume les dettes passées). On a toutefois pris un peu de retard cette saison. Le classement est moins bon qu'espéré, les retransmissions à la télévision sont moins importantes que prévu et les dépenses de sécurité sont élevées du fait des événements.

Le recrutement ?
L'été dernier, le solde entre les dépenses et les recettes était d'environ 8,5 M€. Cet hiver, Gallardo était libre, les indemnités de Clément et de Luyindula étaient raisonnables. Je suis plus sensible aux salaires. La nouvelle politique est de proposer un intéressement très fort et un salaire fixe moins élevé. Les joueurs ne sont plus des mercenaires, ils sont comptables des résultats du club.

Une rumeur vous annonce partant en fin de saison et remplacé par Christophe Chenut, le directeur général du quotidien « l'Equipe »...
J'en ai entendu parler. C'est farfelu, une bonne plaisanterie que l'on a commentée ensemble et qui continuera d'animer nos repas du lundi soir dans une pizzeria d'Issy-les-Moulineaux, après les matchs de l'équipe de France de la publicité !
Revenir en haut Aller en bas
http://forum.culturepsg.com
NeiBaF
Légende PsgOnline
Légende PsgOnline
NeiBaF

Masculin Nombre de messages : 10656
Age : 34
Localisation : Alfortville
Emploi : Data operator
Date d'inscription : 28/05/2005

Revue de Presse - Page 28 Empty
MessageSujet: Re: Revue de Presse   Revue de Presse - Page 28 EmptyDim 25 Fév - 14:01

Revue de Presse - Page 28 Logov37bl

Paris rejoue à douze

Depuis peu, les Parisiens ne craignent plus d’évoluer au Parc des Princes, devant leurs supporters.

CE SOIR, il y aura du monde et de l’effervescence autour de la porte de Saint-Cloud. Le Paris-SG reçoit Saint-Étienne et attend plus de 40 000 spectateurs. Le club parisien en est fier. Car, cette saison, il n’a pas souvent réussi à remplir son stade : une seule fois, le 10 septembre. L’invité s’appelait Marseille (1-3)... C’était bien avant le drame du 23 novembre – la mort d’un supporter après le match contre l’Hapoël Tel-Aviv en Coupe de l’UEFA – et la fermeture d’une partie de la tribune Boulogne, qui ont plongé le club dans l’obscurité et le Parc des Princes dans le silence.

Les chiffres interpellent. Cette saison, en treize matches de L 1, le Parc a accueilli 450 666 personnes. En 2005-2006, après autant de rencontres à domicile, il en avait accueilli 523 748. Le match du jour va redonner quelques couleurs à ces statistiques d’affluence (voir infographie).

Saint-Étienne est un club très apprécié, cher au cœur des nostalgiques, mais sa popularité ne peut à elle seule expliquer l’engouement autour de ce match dominical… « Saint-Étienne amène toujours du monde, note Paul Le Guen, modeste. C’est classique. » Ce soir, pourtant, c’est d’abord son Paris-SG que les spectateurs voudront voir. Celui qui vient d’enchaîner, toutes compétitions confondues, sept matches sans défaite et reste sur quatre victoires consécutives. « Si le public revient et si l’ambiance est meilleure, c’est surtout parce que les résultats sont là », avance Jean-Philippe D’Hallivillée, responsable de la sécurité du club.

Kalou : « Les joueurs n’ont plus peur de prendre des initiatives »

Et si la réciproque était vraie ? Si l’équipe se sentait mieux, surtout à domicile, grâce à une atmosphère moins sulfureuse et plus joyeuse ? « Les deux sont incontestablement liés, estime Alain Cayzac, le président. L’ambiance est redevenue très agréable. J’espère que ça va durer. Je me méfie de toute euphorie et n’oublie pas que notre équipe n’a pas beaucoup de points d’avance sur le premier relégable. »

Paul Le Guen approuve cette prudence. « Les choses sont encore très fragiles et c’est à nous de faire le maximum pour conforter cette relation, demande l’entraîneur. Il faut être irréprochable dans l’engagement, l’attitude, parce qu’on aura besoin du public, qui a un rôle primordial à jouer. Si on a un coup de pompe, par exemple… Quand il est derrière nous, c’est plus facile pour nous et plus compliqué pour les adversaires. Jeudi (contre l’AEK Athènes en C 3, 2-0), le Parc n’était peut-être pas plein, mais j’ai senti le public derrière nous. »

Une chose est évidente, depuis l’arrivée de Le Guen, en janvier, les joueurs ne craignent plus de fouler la pelouse du Parc, où ils ont perdu cinq fois cette saison en L 1… « Il y a moins de tension, a ressenti Bonaventure Kalou, l’international ivoirien. Les joueurs osent plus, n’ont plus peur de prendre des initiatives. » « On n’est plus tout seuls, confirme Pierre-Alain Frau. On n’a plus cette peur de mal faire, de manquer une passe, un contrôle. Même quand il y a un mauvais passage, on sent une aide. Ça pousse à retenter des choses, à ne plus se cacher. » Même les maudits, les mal aimés sont désormais applaudis. Jeudi, le Parc a, par exemple, chanté la gloire de Bernard Mendy, buteur sur penalty. « Je ne suis pas rancunier, sourit le latéral droit. Le public est redevenu le douzième homme et on arrive enfin à se libérer. » « Il s’est passé quelque chose contre Monaco (4-2, le 10 février), se souvient Édouard Cissé. C’était fort. Je crois que le public a compris qu’il devait absolument être derrière nous. Il n’y a plus de sifflet. Le public voit la différence, il voit une équipe soudée avec une certaine cohérence. » Alain Cayzac approuve. Avec prudence : « C’est effectivement une bonne période, mais si on ne gagne pas contre Saint-Étienne… »
Revenir en haut Aller en bas
http://forum.culturepsg.com
RuBeN
Séléctionneur
Séléctionneur
RuBeN

Masculin Nombre de messages : 7015
Age : 28
Date d'inscription : 05/04/2005

Revue de Presse - Page 28 Empty
MessageSujet: Re: Revue de Presse   Revue de Presse - Page 28 EmptyDim 25 Fév - 14:48

L'ambiance revient c'est encore un autre point positif
Revenir en haut Aller en bas
NeiBaF
Légende PsgOnline
Légende PsgOnline
NeiBaF

Masculin Nombre de messages : 10656
Age : 34
Localisation : Alfortville
Emploi : Data operator
Date d'inscription : 28/05/2005

Revue de Presse - Page 28 Empty
MessageSujet: Re: Revue de Presse   Revue de Presse - Page 28 EmptyDim 25 Fév - 14:54

Ouais le Parc devrait être a peu pret plein ca fait plaisir Exclamation
Revenir en haut Aller en bas
http://forum.culturepsg.com
iwardnoyo
Entraineur
Entraineur


Nombre de messages : 3156
Date d'inscription : 05/05/2005

Revue de Presse - Page 28 Empty
MessageSujet: Re: Revue de Presse   Revue de Presse - Page 28 EmptyDim 25 Fév - 15:19

ouais le parc est en feu,merci paris!
Revenir en haut Aller en bas
NeiBaF
Légende PsgOnline
Légende PsgOnline
NeiBaF

Masculin Nombre de messages : 10656
Age : 34
Localisation : Alfortville
Emploi : Data operator
Date d'inscription : 28/05/2005

Revue de Presse - Page 28 Empty
MessageSujet: Re: Revue de Presse   Revue de Presse - Page 28 EmptyDim 4 Mar - 14:26

Dimanche 4 Mars

Revue de Presse - Page 28 Logo_lp

Paris est officiellement relégable

18es et relégables, les Parisiens ont vécu hier un tournant dans leur saison car la possibilité d'une descente en L 2 est devenue réelle. Incapables d'une quelconque réaction, ils entament un long chemin de croix.

COUP DE TONNERRE sur la Ligue 1 : le PSG est relégable (18 e ), pour la première fois de la saison, à seulement onze journées du terme du championnat ! La nouvelle ne va pas manquer de secouer la France du football virtuellement en passe de perdre un de ses fleurons, double champion de France et vainqueur de sept Coupes de France. Le responsable de ce séisme ? Sedan, ex-lanterne rouge de L 1 et beau vainqueur (2-0) hier soir. Les Ardennais, désormais à trois points des Parisiens, entrevoient à nouveau la lumière et conservent de réelles chances de maintien.
En attendant le Sochaux - Nantes de cet après-midi, cinq équipes - de Nice, 15 e , à Sedan, 19 e , en passant par Troyes, 16 e , Valenciennes, 17 e , et Paris, 18 e - se tiennent en cinq points pour un final à couper le souffle. Le titre de champion joué, la nature et le palmarès des relégables, Paris et Nantes notamment, donnent au maintien l'unique et fabuleux suspense de ce championnat.

Cayzac : « Il ne faut pas céder à la sinistrose »

Le PSG, lui, a le vertige. Il marche désormais comme un funambule au-dessus du précipice. Il peut encore s'en sortir, bien sûr, puisqu'il reste 33 points à prendre et ne possède qu'une marche de retard sur le premier non-relégable, Valenciennes. Voilà tout pour tenter de trouver à la loupe les points positifs d'une soirée où la noirceur d'une saison ravageante a une nouvelle fois éclaté. La semaine des trois S lui a été fatale : Saint-Etienne (2-0), Sochaux (2-1) et Sedan (2-0), pour trois défaites et une spirale incroyablement négative, après quatre victoires consécutives, toutes compétitions confondues. La vie du club de la capitale est en train de basculer psychologiquement, reléguant au second plan l'étonnant choix au coup d'envoi de Le Guen : Pauleta, le capitaine, sur le banc de touche, un autre coup de tonnerre. Pour l'heure, c'est peut-être quand on touche de près les ténèbres que l'on prend enfin conscience de la situation. Ou que la peur vous tétanise jusqu'à la fin. C'est selon. « Nous sommes relégables, je sais, glisse un Paul Le Guen visage très fermé. C'est inquiétant. Je savais aussi que cela pouvait arriver. Il faut affronter cette situation très unis. Je veux qu'ils ne lâchent pas maintenant. J'ai envie d'être à leur côté, près d'eux, parce que ça va être dur, tout en me montrant exigeant même s'ils n'ont pas besoin qu'on leur tape sur les doigts. Mais on va tenir bon. » Après le match, face à l'ampleur de la tâche qui l'attend, on a senti l'entraîneur parisien soucieux de protéger son groupe. Il n'a cessé de regretter le scénario catastrophe de la rencontre (but contre son camp de Landreau dès la 7 e minute), a salué leurs occasions et pesté contre les absences de joueurs clés, passagères ou définitives (Gallardo, Yepes). « Je les protège parce qu'ils ont besoin d'être soutenus », enchaîne le Breton. Son président a paru, après coup, s'embarrasser de moins de précautions : « On n'a pas fait un bon match, on a perdu normalement, souffle Alain Cayzac. Maintenant, il ne faut pas rester traumatisé par cette place de relégable qui pose un problème psychologique. Soit on baisse la tête, soit on se bagarre. Sedan nous a donné une leçon en la matière. Il ne faut pas céder à la sinistrose. J'ai une formule : le talent se juge au rebond. » On en connaît une autre : grandeur et décadence.


Le cri d'alarme de Rothen

COMME des boxeurs sonnés qui quittent le ring, les Parisiens regagnent lentement leur bus le regard vide, encore sous le coup de la débâcle des Ardennes. Mais, pour une fois, ils assument publiquement leur défaite et, excepté Frau et Mendy, tous acceptent de s'exprimer. Pauleta est le premier à parler.

« C'est un moment très difficile pour le club, lâche-t-il d'une voix presque éteinte. Je suis triste. Il reste onze matchs pour se sauver. J'espère que tout le monde va prendre conscience que le PSG peut vraiment descendre en Ligue 2. » Le jeune Youssouf Mulumbu ne craint pas, non plus, de dramatiser : « Maintenant et plus que jamais, il faudra être super-forts dans les têtes, prophétise-t-il. Nous sommes en plein dans la zone rouge, cela va peut-être servir d'électrochoc. Parce que nous avons vraiment besoin de sortir de ce cauchemar. »
« Ce n'est pas normal » Arrivant quinze secondes derrière Mulumbu, Edouard Cissé reconnaît que c'est une sensation étrange pour lui de lier « PSG » à « relégable ». « Mais c'est maintenant qu'il faut l'union sacrée autour du club, poursuit le milieu de terrain. Il ne faut surtout pas baisser les bras. Le problème, c'est que peu de gens chez nous ont vécu ce genre de peur et de combat pour le maintien. J'ai vécu ça en Angleterre avec West Ham. Il ne faudra pas que ça nous paralyse. » Ce genre de discours où la retenue est palpable n'est pas le genre de Jérôme Rothen. Car, à ce dernier, il ne faut qu'une minute de discours teinté de bon sentiment et de langue de bois avant de craquer et de lâcher le fond de sa pensée, même de manière triviale. Mais on sent qu'il veut tirer une sonnette d'alarme, se secouer et secouer les siens. « Celui qui n'a pas les boules après un tel match doit vite arrêter sa carrière, grince-t-il. Ce soir, il nous a manqué une chose simple : se mettre les c... sur le terrain. Désolé, je ne trouve pas d'autres mots. Si tout le monde avait eu cela en tête, nous n'aurions pas perdu. » Ainsi lancé sur sa colère, Rothen ne s'arrête plus : « Il faut qu'on réalise que nous sommes en train de jouer avec la vie d'un club. On doit absolument se serrer les coudes et rester solidaires. Parce que, perdre à Sedan, ce n'est pas normal. Ce qui me gêne le plus, c'est cette impression que nous avons accepté trop vite la défaite. Ce soir, je suis plus que triste. J'ai mal. »


Cayzac réconforte Pauleta

POUR la première fois de sa carrière au PSG, Pauleta était sur le banc au coup d'envoi uniquement sur décision de l'entraîneur et non pour une blessure.

Ce dernier n'a pas voulu commenter cette absence remarquée même si le Portugais traverse une très mauvaise période : il n'a inscrit que trois buts sur action de jeu depuis la mi-octobre ! « C'est un choix, souffle Le Guen, comme j'en ai fait pour six de ses coéquipiers sur le banc. » Plus disert, le président Alain Cayzac soutient le capitaine, plus gros salaire du club : « C'est la vie des grands buteurs d'avoir des périodes difficiles.
Je préférerais qu'il soit titulaire, qu'il remonte la pente. Il a une vraie envie, il l'a montré en entrant sur le terrain et dans la vie du groupe au quotidien. C'est un pion essentiel du PSG. » Pauleta, qui sera aligné à coup sûr face à Benfica ce jeudi en Coupe d'Europe, sera-t-il dans le onze titulaire contre Auxerre dimanche prochain ?


Montrer qu'on est des hommes

UNE FOIS ENCORE, Bonaventure Kalou était remplaçant hier soir à Sedan. Mais la rapide blessure de Rodriguez (27 e ) l'a impliqué très tôt dans la partie. A sa sortie des vestiaires, et alors que le PSG se trouve désormais dans la peau d'un relégable, l'Ivoirien ne cachait pas sa déception et n'éludait pas la gravité de la situation.

Quelle est votre réaction après cette défaite ?
Bonaventure Kalou. On est relégables. Depuis plusieurs semaines déjà, on flirtait avec la zone rouge. Voilà, après ce mauvais résultat, on y est. On savait que cela pouvait arriver. Il ne faut pas se défiler et il faut se battre. En football, la vérité du jour n'est jamais celle du lendemain. On en a eu la preuve cette semaine. Avant le match face à Saint-Etienne, dimanche dernier (défaite 2-0 au Parc des Princes), on était 15 e s au classement et, aujourd'hui, on est 18 e s et relégables.

Cette équipe a-t-elle les ressources pour s'en sortir ?
On a tous conscience de la gravité de la situation. Il faut rester groupés, tirer tous dans le même sens pour tenter de s'extraire de ce mauvais pas. C'est vrai qu'aucun parmi nous n'est vraiment habitué à jouer le maintien. C'est une situation nouvelle pour tout le monde au club. Mais il faut s'y mettre, se retrousser les manches. Les intérêts personnels doivent passer après l'intérêt collectif, qui est de sauver le club. Il ne faut penser qu'au PSG.

Face à Sedan, vous saviez que vous pouviez vous retrouver relégables en cas de défaite, et pourtant, vous avez perdu...
La situation nous échappe. Contre un concurrent direct, on passe à côté du match. Ce n'est pas évident et cela montre la difficulté de la tâche qui nous attend. Il va falloir se battre. C'est dans ces moments difficiles qu'il faut montrer qu'on est des hommes et se relever. Cela ne passe que par le travail.

Le fait d'être désormais relégables peut-il agir comme un choc psychologique ?
J'espère que cela peut servir de déclic. Aujourd'hui, on se rend vraiment compte qu'on est relégables. Avant on ne croyait peut-être pas vraiment que c'était possible. On sait qu'on n'a plus le droit à l'erreur. Il faut qu'on regarde ce que l'on a fait et que l'on se pose les bonnes questions pour s'en sortir. Quelle était l'ambiance dans les vestiaires ? Je vous laisse imaginer...


Les supporters parisiens agressés dans leur tribune

UNE DEMI-HEURE avant le coup d'envoi, environ 50 supporters néerlandais venus en bus d'Utrecht pour en découdre avec leurs homologues parisiens ont déjoué le maigre système de sécurité ardennais.

Ils sont arrivés aux abords de la tribune visiteurs, ont commencé à provoquer et à frapper les Parisiens, notamment à coups de ceinturon. Au cours des échauffourées, un steward chargé de la sécurité a été touché au dos et a été conduit à l'hôpital de Charleville-Mézières.
D'une façon incompréhensible, les forces de police ont mis un bon quart d'heure à intervenir pour disperser les provocateurs néerlandais, dont quatre ont été interpellés. A la mi-temps, ils ont quitté le stade et sont rentrés tranquillement aux Pays-Bas... Etonnant quand on sait que, dès la veille au camp des Loges, une rumeur annonçait ce violent rendez-vous fixé par les Bataves. Furieux de voir son stade servir de champ de bataille, le président sedanais Pascal Urano a même distribué quelques gifles au passage à ces pseudo-supporters. Mais la tribune visiteurs n'a pas été exempte de reproches en envoyant, en seconde période, des fumigènes sur les joueurs, sans, heureusement, toucher quelqu'un. « Ce qui s'est passé n'est pas clair, peste Alain Cayzac, le président parisien. Y a-t-il eu des failles dans la sécurité sedanaise pour qu'on puisse ainsi venir à deux mètres de nos supporters ? Décidément, il y en a ras le bol de ce genre d'incidents dans nos stades. »
Revenir en haut Aller en bas
http://forum.culturepsg.com
iwardnoyo
Entraineur
Entraineur


Nombre de messages : 3156
Date d'inscription : 05/05/2005

Revue de Presse - Page 28 Empty
MessageSujet: Re: Revue de Presse   Revue de Presse - Page 28 EmptyDim 4 Mar - 14:33

ouai pfff ils nous agressent et je suis sur qu'il n'y aura pas de suite!
Revenir en haut Aller en bas
NeiBaF
Légende PsgOnline
Légende PsgOnline
NeiBaF

Masculin Nombre de messages : 10656
Age : 34
Localisation : Alfortville
Emploi : Data operator
Date d'inscription : 28/05/2005

Revue de Presse - Page 28 Empty
MessageSujet: Re: Revue de Presse   Revue de Presse - Page 28 EmptyLun 5 Mar - 14:26

Lundi 5 Mars

Revue de Presse - Page 28 Logov37bl

Etat d’alerte à Paris

La défaite à Sedan, qui a plongé le PSG dans le rouge, suscite des inquiétudes quant à sa capacité à s’en sortir.

LA DIRECTION du PSG n’a encore réalisé aucune simulation des conséquences économiques d’une relégation en L 2. Dans les couloirs du Parc des Princes, le sujet fait pourtant débat. Et si, finalement, Paris plongeait ? La dernière défaite à Sedan (0-2) laisse en effet planer de nombreux doutes sur la capacité de l’équipe de Paul Le Guen à s’extirper du « gruppetto » du Championnat. Jamais Paris n’a été aussi inquiet et inquiétant.

UN EFFECTIF PAS CONSTRUIT POUR LE MAINTIEN

Le premier quart d’heure du match contre Sedan (0-2), samedi, est révélateur du comportement de la majorité des joueurs. Certains jouent du bout du pied, d’autres se cachent comme s’ils ne souhaitaient pas recevoir le ballon. La peur de descendre en L 2 ? Trois éléments seulement se sont déjà battus pour éviter la relégation : Landreau à Nantes, Diané et Luyindula à Strasbourg.
La capacité des joueurs à se rebeller lorsqu’ils sont dominés ou à réagir après un but concédé n’est pas flagrante. Mené au score devant Lille (0-1), Marseille (1-1), Saint-Étienne (0-2) et Sedan (0-2), le PSG n’est parvenu à recoller qu’à une seule reprise. Dans ces moments, l’absence de leader capable de transcender ses partenaires n’a jamais été aussi évidente. Actuellement, seuls Rothen, Armand et Gallardo, avant sa blessure au genou, sont capables de produire du jeu et de créer des décalages. C’est trop peu. Et alarmant.

UN CALENDRIER PEU FAVORABLE

Sur les onze dernières journées de Championnat, Paris affrontera trois concurrents directs pour le maintien : il recevra Nantes le 21 avril, Troyes le 19 mai et se déplacera à Nice le 9mai. Mais, dans ce type de confrontation, le PSG est à la peine. Jusqu’à présent, son bilan est même très médiocre. Il n’a jamais réussi à battre Valenciennes (0-0, 1-2), n’a pris que 3 points contre Sedan (4-2, 0-2), et a concédé le nul à Nantes (1-1), à Troyes (1-1) et contre Nice (0-0). Résultat, Paris n’a enregistré que 7 points sur 21. Le PSG se déplacera par ailleurs à six reprises. Déjà peu à l’aise au Parc des Princes, il l’est encore moins lorsqu’il s’agit d’évoluer loin de son stade. Surtout qu’il se déplacera à Rennes, où il n’a plus gagné depuis la saison 2001-2002, puis à Lens, la semaine suivante, où sa dernière victoire remonte à la saison 1996-1997.

LA PORTÉE LIMITÉE DE L’EFFET LE GUEN

Nommé à la place de Guy Lacombe le 15 janvier, Paul Le Guen avait donné un nouveau souffle à Paris lors de ses premiers matches. Mais l’effet psychologique et la première série de victoires passés, le nouvel entraîneur parisien tarde à redonner un nouvel élan à son groupe. Paris reste sur trois défaites de suite, toutes compétitions confondues, et n’a marqué qu’un seul but au cours de ces trois matches. « C’est un triste constat, déplorait Kalou, après la défaite à Sedan. On est assez bons dans la possession du ballon, mais eux (Sedan) ont mis au fond leurs quelques occasions. »
Face à cette panne offensive, Le Guen a tenté dans les Ardennes un coup psychologique en sortant Pauleta de l’équipe type. Paris n’a pas été meilleur. Ni moins bon. Il a affiché les mêmes lacunes que celles constatées depuis le début de la saison. L’entraîneur parisien ne veut pourtant pas accabler un groupe marqué par une saison qui ne l’a pas épargné. « Les joueurs ont besoin d’être soutenus », répétait-il samedi. Il ne désespère pas de restaurer une confiance qui fuit ses joueurs depuis… la première journée, contre Lorient (2-3).

LE PSG FACE À L’ENJEU DE LA C3

Cette confiance aurait pu être entretenue par une qualification en Coupe de France, mercredi à Sochaux (1-2). Paul Le Guen a préféré ménager plusieurs titulaires dans l’optique du rendez-vous sedanais. L’élimination a probablement affecté un groupe qui aurait aimé conserver son trophée. Cette semaine, c’est la Coupe de l’UEFA qui s’intercale entre les deux matches de Championnat. Une victoire contre Benfica pourrait relancer Paris avant la réception d’Auxerre, le dimanche. Un avis partagé par Gérard Houllier, l’entraîneur de l’OL, à la tête du PSG en 1988, l’année où le PSG avait évité la relégation lors de la dernière journée : « On n’a jamais intérêt à lâcher les Coupes. Ce serait une erreur, car il faut toujours vouloir entretenir une dynamique de victoires. »
Le président Alain Cayzac ne veut pas « lâcher la Coupe de l’UEFA », mais il précise : « En tant que président, je pense qu’il faut la jouer. Mais il ne faut peut-être pas non plus la jouer avec les mêmes onze que contre Auxerre. On l’a fait à Athènes. Et ça avait marché en Championnat le week-end suivant. » Pas sûr cependant que l’histoire se répète.


Pauleta vers la sortie

Sous contrat jusqu’en juin 2008, le capitaine parisien ne fait plus l’unanimité au PSG. Qu’il pourrait quitter dès cet été.

QUELQUES SEMAINES après avoir prolongé son contrat jusqu’en 2008, l’été dernier, Pedro Pauleta avait déclaré qu’il désirait achever sa carrière à Paris. Aujourd’hui, ses désirs ont de moins en moins de chances d’être exaucés. À force de décevoir sur le terrain, son image en devient brouillée et son avenir dans la capitale s’inscrit en pointillé. Au sein même du club parisien, le débat s’intensifie entre les partisans, de plus en plus rares, du capitaine du PSG et ceux, agacés par son comportement et frustrés par ses prestations, qui souhaiteraient le voir partir cet été. La décision de Paul Le Guen de l’écarter du onze de départ, à Sedan (0-2), prouve en tout cas que l’attaquant portugais de trente-trois ans n’est plus indispensable.
À Paris, excepté chez les supporters, Pedro Pauleta ne fait plus l’unanimité. Son efficacité est moins flagrante, ses buts moins décisifs. Surtout, depuis l’arrivée de Le Guen à la place de Guy Lacombe, il ne jouit plus des mêmes privilèges. Officiellement, cependant, aucune critique ne visera jamais Pauleta. Il demeure un joueur qu’il convient de ne pas froisser. Le Guen dialogue régulièrement avec lui et n’est pas en situation de se couper de lui comme Lacombe l’avait fait un temps avec Mario Yepes puis Jérôme Rothen. Pour l’entraîneur, l’expérience de Pauleta, sa capacité à redevenir décisif quand on ne s’y attend plus sont des atouts à ne pas enterrer dans la perspective d’une fin de saison commando.
Mais, en interne, on s’interroge sur sa capacité à rebondir. Dans le vestiaire, certains se demandent même si Paris ne développe pas un jeu moins stéréotypé sans lui. Des opinions sans doute vexantes pour un joueur qui a marqué 87 buts en trois ans et demi sous le maillot du PSG. Mais révélatrices d’une situation qui a évolué en six mois. Car, lorsqu’il a prolongé son contrat avec Paris, alors que Lyon le courtisait, le capitaine parisien sortait d’une saison au cours de laquelle il avait entretenu la fameuse « Pauleta-dépendance » de son équipe. Les nouveaux dirigeants parisiens n’avaient alors pas le choix. Ils devaient répondre favorablement à ses exigences salariales pour ne pas avoir à en répondre devant leurs supporters.

Direction les pays du Golfe ?

Avec ce nouveau contrat, Pauleta perçoit désormais un salaire mensuel, prime incluse, de 360 000 euros bruts sur deux ans, ce qui, agrémenté des charges patronales, coûte près de 500 000 euros par mois au PSG. Le Portugais se hisse sur le podium des joueurs de L 1 les mieux rétribués. Seulement, cette saison, la « Pauleta-dépendance » est obsolète, et ses émoluments en apparaissent d’autant plus démesurés.
En dehors de son rendement sportif, les dirigeants semblent aussi avoir été contrariés par quelques revendications financières du joueur. En début de saison, des crispations sont apparues à l’occasion du déménagement de la star, lorsque le loyer de sa nouvelle villa s’est avéré supérieur au précédent. Jusqu’à présent, Pauleta s’acquittait de son loyer avec une enveloppe mensuelle de 5 000 euros prévue dans son contrat en plus de son salaire. Au moment d’emménager dans sa nouvelle résidence, l’ancien Bordelais a exigé que son nouveau loyer – légèrement supérieur à 5 000 euros – soit réglé par le club, refusant de couvrir lui-même la différence au-delà du « forfait » initial. Au PSG, cette demande a été plutôt mal perçue, quelques semaines seulement après la prolongation de son contrat.
Le Guen n’est donc pas parti pour s’opposer à un transfert du joueur à l’intersaison, de même qu’il ne devrait pas mettre son veto à un éventuel départ de Kalou, autre attaquant dont il espérait beaucoup plus. Paris s’est ainsi mis en quête d’un nouvel avant-centre. La piste menant à l’international suédois de Toulouse, Johan Elmander, vingt-cinq ans, pourrait prendre de l’épaisseur dans les prochaines semaines. Grand, puissant, adroit, il correspond au profil recherché par le PSG pour la saison prochaine. Paul Le Guen avait déjà souhaité l’attirer avec lui aux Rangers, l’été dernier. Mais à cette époque, Elmander, alors à Bröndby, n’avait pas la notoriété qu’il se bâtit dans la Ville rose. Et son prix ne sera sans doute pas le même non plus un an plus tard.
Une autre piste a été étudiée et mène au Qatar, où évolue le Brésilien Marcio Emerson (25 ans). Ce joueur, qui perçoit un salaire proche de celui de Pauleta, était d’autant plus intéressant qu’il aurait pu faire l’objet d’un échange avec le Portugais, mais les dirigeants parisiens hésitent sur sa capacité à s’adapter au Championnat de France.
En revanche, un départ de Pauleta vers les pays du Golfe n’est pas à exclure. Ce sont les seuls capables aujourd’hui de lui offrir un salaire identique à celui qu’il touche actuellement. Les représentants de l’attaquant parisien ont déjà pris la température de ce côté-là. Les trois plus gros clubs du Qatar, Al-Rayyan, Al-Saad et Al-Ahly sont à l’affût. L’Arabie saoudite, qui a déjà convaincu Luis Figo pour cet été (Al-Ittihad), est également à l’écoute. Pauleta a toujours regretté de ne jamais avoir évolué en club avec son meilleur ami en sélection. L’occasion pourrait se présenter. Il a également déploré de n’avoir jamais porté le maillot d’un grand club portugais. Le seul qui pourrait encore l’attirer, c’est Benfica. La réciproque, aujourd’hui, n’est pas forcément vraie.
Revenir en haut Aller en bas
http://forum.culturepsg.com
Djib
Légende
Légende


Masculin Nombre de messages : 8498
Date d'inscription : 04/04/2005

Revue de Presse - Page 28 Empty
MessageSujet: Re: Revue de Presse   Revue de Presse - Page 28 EmptyJeu 8 Mar - 0:57

Que des bonnes nouvelles .. Ca fout la pêche Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
NeiBaF
Légende PsgOnline
Légende PsgOnline
NeiBaF

Masculin Nombre de messages : 10656
Age : 34
Localisation : Alfortville
Emploi : Data operator
Date d'inscription : 28/05/2005

Revue de Presse - Page 28 Empty
MessageSujet: Re: Revue de Presse   Revue de Presse - Page 28 EmptyDim 11 Mar - 13:24

Dimanche 10 Mars

Revue de Presse - Page 28 Logo_lp

Cissé en défense centrale

LE GUEN a retenu un groupe de 20 joueurs pour la réception d'Auxerre. C'est le même que pour Benfica, plus Hellebuyck et N'Gog. Deux éléments ne figureront pas sur la feuille de match.

« Il y a deux ou trois joueurs (en plus d'Armand) qui ont des petits bobos, on espère pouvoir compter sur eux », a expliqué l'entraîneur, hier après la séance à huis clos au Parc. Armand, sorti sur une civière pour un coup reçu au-dessus du genou droit jeudi en Coupe de l' UEFA, devrait tenir sa place. Hier, il s'est entraîné normalement. « Ça tire encore un peu », a-t-il lâché en quittant le stade. Cissé devrait débuter en défense centrale avec Rozehnal et Gallardo milieu gauche à la place de Rothen, qui redescend aux côtés du jeune Chantôme. Couloir droit, on retrouverait le duo Mendy-Frau et en attaque la paire Pauleta-Kalou.


Rothen : On va s'en tirer

APRÈS LES REMOUS suscités par l'interprétation de ses propos à l'occasion de la défaite à Sedan (2-0), le calme semble être revenu autour de Jérôme Rothen. Le milieu de terrain nous confie sa motivation et son optimisme pour cette fin de saison.

Que pensez-vous de ce qui a été dit suite à votre formule « Maintenant, il va falloir se mettre les c...sur le terrain » ?
Cela venait du coeur. Je ne cherchais à accuser personne. J'englobais tout le monde, moi y compris. Il s'agissait de se remettre en question et de prendre conscience qu'il fallait tous se bagarrer pour ses potes sur le terrain. A Sedan, on ne l'a pas fait. Contre le Benfica Lisbonne, si.

« Je prends du plaisir aussi bien dans l'axe que sur le côté » En tenant un tel discours... (Il coupe.)
Vous êtes obligé d'être irréprochable ! Et je ne dis pas que je l'ai été. Mais l'essentiel est de donner le maximum pour l'équipe. Si nous fonctionnons comme ça lors des onze derniers matchs, nous n'allons pas en perdre beaucoup.

Après Sedan, l'équipe ne doit-elle pas une revanche ?
A Sedan, nous nous sommes tous déçus. Nous n'étions pas à notre niveau. L'essentiel est de montrer que c'était un accident. Vu la situation du club, nous ne pouvons pas renouveler ça. Sinon, on sera morts, nous le savons tous. Mais avec la qualité de l'effectif, on va s'en tirer, relever la tête et remonter. J'en suis sûr.

Que change le succès acquis contre Benfica (2-1) ?
Le gros point positif, c'est la réaction après le but portugais. Nous aurions pu accuser le coup. Or, nous avons senti qu'il y avait un groupe. Pas seulement les onze titulaires mais aussi les remplaçants qui nous encourageaient depuis le banc. Il y avait de l'envie de bien faire partout.

Comment appréhendez-vous la fin de saison ?
Il reste 33 points à prendre. Nous n'allons pas les obtenir tous mais il faut aller en chercher à peu près 14 ou 15. Cela représente cinq victoires. Elles seront peut-être acquises à la maison avec notre public.

Sur quoi le PSG peut-il s'appuyer ?
A chaque fois que nous avons joué en bloc, en défense comme en attaque, nous avons plus ou moins réussi nos matchs. Nous n'avons pas toujours été récompensés. Mais jeudi, nous l'avons été. C'est peut-être le signe que ça commence enfin à tourner...

Avec le retour de Gallardo, comment vivez-vous votre possible retour au poste de milieu défensif ?
Je suis capable de le faire, je l'ai montré. Je prends du plaisir aussi bien dans l'axe que sur le côté. Et puis, avec Marcelo, nous avons aussi beaucoup d'affinités dans le jeu.

Un mot sur la nouvelle pelouse du Parc ?
Nous ne rejetons pas la faute sur le terrain mais ce n'était pas évident pour une équipe qui doit faire le jeu d'évoluer sur cette pelouse. Jeudi, nous avons senti le plaisir de réussir une bonne passe, de ne pas toujours regarder où le ballon va rebondir. Il y a eu moins de déchet. Avec une bonne pelouse comme ça, on ne peut que se maintenir (il sourit) !


L'AJA n'aime pas le Parc

SI L'ON MET de côté un succès 4-0 en 16 e de finale de Coupe de France lors de l'édition 2001, Auxerre n'aime pas se déplacer au Parc des Princes.

L'AJA reste en effet sur une longue série de 22 matchs sans victoire en Ligue 1 sur le terrain du PSG. L'invincibilité parisienne qui date de la saison 1984-1985 se détaille ainsi : 12 succès et 10 nuls pour 34 buts marqués et 11 encaissés.
Lors des dix dernières saisons, les Bourguignons n'ont même inscrit que 3 buts. Mais cette année, le PSG fait souvent mentir ses meilleures statistiques. Saint-Etienne, son dernier visiteur, n'avait jamais gagné de toute son histoire au Parc, avant le 26 février dernier...


Trois points à prendre pour sortir la tête de l'eau

Les Parisiens jouent cet après-midi un match décisif pour le maintien. La victoire est quasiment impérative, trois jours après leur succès contre Benfica.

«L'UNION sacrée. » En 1989, c'était le titre d'un film. Depuis la défaite la semaine dernière à Sedan (2-0) et la nouvelle position de relégable du club, il s'agit du nouveau mot d'ordre des dirigeants du PSG.
Rarement une rencontre d'une 28 e journée de championnat n'avait suscité une telle mobilisation. Cette semaine, les joueurs ont reçu une lettre d'Alain Cayzac, leur président, les plaçant face à leurs responsabilités. Les associations de supporters ont affiché leur volonté d'apporter un soutien « sans faille » à l'équipe, de « ne plus penser au niveau de jeu ni aux passes ratées ». Hier, les actionnaires sont venus rappeler à Pauleta et à ses coéquipiers, l'importance quasi vitale pour le club d'assurer le maintien en L 1. Paul Le Guen lui-même donnait hier soir une ligne directrice sans équivoque : « C'est un discours classique mais là il faut vraiment mettre d'éventuels états d'âmes personnels très en retrait par rapport à l'intérêt du club et de l'équipe. » La réception d'Auxerre occupe les esprits depuis une semaine. Après deux nuls (Marseille, Sochaux) et deux succès (Monaco, Nancy) en février, le PSG version Le Guen semblait avoir amorcé un redressement en championnat. Les échecs devant Saint-Etienne au Parc (2-0) et à Sedan (2-0) ont spectaculairement précipité la chute du club de la capitale dans la zone rouge.

« Qu'ils s'inspirent de ce qu'ils ont fait de bien ces derniers temps »

Les Parisiens ont entamé un nouveau championnat de onze matchs pour s'extirper d'une des plus mauvaises passes sportives de leur histoire. « C'est vrai qu'on sent une crispation, raconte l'entraîneur. Mais nous savions que ça pouvait arriver. Maintenant, il faut se sortir de cette situation. Si nous battons Auxerre, nous ne serons plus relégables et cela doit nous donner une énergie folle. » Le match contre Benfica (2-1), jeudi en Coupe de l'UEFA, a montré la voie à suivre avant le rendez-vous contre les Bourguignons. « La victoire a fait du bien incontestablement », relève Le Guen. Après Auxerre, les Parisiens se déplaceront à deux reprises : à Rennes, puis à Lens. Voilà donc une raison supplémentaire de l'emporter cet après-midi. D'autant que les hommes de Jean Fernandez ne se sont imposés qu'une seule fois à l'extérieur cette saison : à Saint-Etienne (3-2, 6 e journée). Dans les tribunes, Mario Yepes, blessé jusqu'à la fin de saison, sera présent pour soutenir ses camarades qui semblent avoir pris la mesure des événements. « Je n'ai aucun doute sur la capacité de tous les joueurs du groupe à aller mettre leur arcade, leur genou, voire à s'ouvrir le crâne pour empêcher le ballon de rentrer ! », résume ainsi Jérôme Alonzo. Paul Le Guen conclut : « Je sens que les joueurs sont responsables, conscients de jouer la carte club, la carte équipe. J'ai envie qu'ils s'inspirent de ce qu'ils ont fait de bien ces derniers temps. Il faut absolument qu'on place la solidarité et l'unité en tête de tout. »

Walter Butler, patron de Butler Capital Partners, et Sébastien Bazin, président de Colony Capital Europe, ont rendu visite hier aux joueurs du PSG réunis dans un hôtel à l'occasion d'une mise au vert. Les deux actionnaires ont rappelé les conséquences qu'aurait une descente en Ligue 2 à tous les échelons du club. Ils ont aussi précisé qu'ils seraient dans l'incapacité, en cas de relégation, de garder tous les joueurs sous contrat.


Akalé retrouve son complice Kalou

«NOUS ne sommes pas en guerre ! » C'est ainsi que Gauthier Kanga Akalé justifie ses appels quotidiens à Bonaventure Kalou, la semaine précédant l'opposition de leur équipe respective en championnat. Avant de se croiser sur la pelouse du Parc des Princes, les deux Africains se sont côtoyés sous les couleurs auxerroises de 2003 à 2005 et en sélection des Eléphants de Côte d'Ivoire. Ils partagent une amitié indéfectible et de nombreux souvenirs.

Le meilleur, « la Coupe de France » enlevée avec Auxerre en 2005. Le pire, « la défaite face au Cameroun » qui les a privés de Coupe du monde 2006, d'après Akalé qui flambe cette saison (déjà 8 buts en L 1). « Notre relation va bien au-delà du football, confirme Kalou, nous sommes de vrais amis. » « On ne parle pas vraiment du PSG mais plutôt de la situation de Kalou », explique Akalé. Il ne faut pas compter sur lui pour dévoiler la vie si mystérieuse du vestiaire parisien. En revanche, le gaucher raconte que son compatriote « vit une situation difficile » et avoue « lui remonter le moral. » Et d'enchaîner par un plaidoyer quant au manque de confiance de Paul Le Guen envers son ami. « Il mérite de jouer, lance-t-il. C'est dur pour le PSG d'avoir des résultats sans Kalou. Ce qui me surprend, c'est que, lorsque l'équipe allait très, très mal (sous la direction de Guy Lacombe), c'est lui qui tirait le groupe vers le haut. » « S'il joue contre nous, j'espère qu'il fera un bon match, mais pas qu'il nous battra », glisse même l'Auxerrois.
Amis... à la fin du match Akalé suit de près les résultats de son ami et à travers lui du PSG. Catégorique, il certifie que le PSG ne sera pas relégué mais avertit : « C'est à eux d'aller chercher les points qu'il leur faut, les autres équipes ne leur en feront pas de cadeau. Si nous les battons, nous pourrons au moins assurer notre maintien ». Aussi concentré sur le match que son si bon ami, l'attaquant du PSG confirme : « Il faudra faire abstraction de tout cela pendant le match. Surtout qu'il voudra tout faire pour briller au Parc ». Le retour à Paris en position de relégable a de quoi donner des sueurs froides aux Parisiens. Akalé et les Auxerrois le savent. « La pression du public peut être négative », souligne le Bourguignon en rappelant la position d'avant-dernière équipe de Ligue 1 à domicile de Paris. Aujourd'hui, Akalé n'appellera pas Kalou. « On redeviendra amis après les 90 minutes », sourit l'Auxerrois, tout en se souvenant que l'AJA n'a pas gagné à l'extérieur depuis Saint-Etienne. C'était le 17 septembre.
Revenir en haut Aller en bas
http://forum.culturepsg.com
NeiBaF
Légende PsgOnline
Légende PsgOnline
NeiBaF

Masculin Nombre de messages : 10656
Age : 34
Localisation : Alfortville
Emploi : Data operator
Date d'inscription : 28/05/2005

Revue de Presse - Page 28 Empty
MessageSujet: Re: Revue de Presse   Revue de Presse - Page 28 EmptyDim 11 Mar - 13:41

Revue de Presse - Page 28 Logov37bl

Le club des cinq

Si Gallardo paraît indiscutable à gauche, un quintette se dispute les trois autres postes offensifs.

CE SOIR, avant d’affronter Auxerre, Paul Le Guen pourra compter sur la quasi-intégralité de son potentiel offensif. Excepté Cristian Rodriguez, touché au mollet, tous les attaquants parisiens sont disponibles. Depuis quelques semaines, une nouvelle hiérarchie se dessine dans ce secteur. Si l’Argentin Marcelo Gallardo semble indiscutable côté gauche lorqu’il est en pleine possession de ses moyens, aucun joueur ne l’est sur les trois autres postes. Et une nouvelle concurrence se profile, ce qui ne déplaît pas à l’entraîneur du PSG : « Je voudrais la faire jouer le plus possible, même s’il est inévitable que certains soient alignés pratiquement tout le temps. » En pointe, Le Guen voit donc Frau comme une alternative à la panne d’efficacité de Pauleta, sans écarter la solution Diané. Il a aussi placé Luyindula et Kalou en compétition pour le poste de deuxième attaquant axial. Alors que, sur le côté droit, Diané, Frau et même Kalou sont tous les trois sur la même ligne. À onze journées de la fin, ces cinq joueurs vont devoir se battre pour trois places.

Pedro PAULETA
C’est l’attaquant dont le statut a le plus évolué ces derniers jours. Indiscuté en début de saison, le capitaine portugais ne connaît pas la même efficacité cette année que lors des précédentes. Paul Le Guen en a bien conscience et l’a installé sur le banc, samedi dernier, à Sedan (0-2), lui préférant Pierre-Alain Frau en pointe. Le rendement de Pauleta est l’un de ses plus mauvais depuis son arrivée en France, ses buts sont moins décisifs, ses appels souvent les mêmes et le nombre de ses occasions par match trop peu élevé. Si Pauleta a marqué de façon heureuse contre Benfica (2-1), jeudi, en Coupe de l’UEFA, il n’a pas signé une prestation qui lui offre de nouveau une place d’incontournable. Il a, en revanche, augmenté le crédit – déjà élevé – dont il jouit auprès du public.

Bonaventure KALOU
L’Ivoirien est probablement le plus doué techniquement, capable de faire les différences les plus inattendues balle au pied. Mais il est aussi très inconstant dans ses prestations. Auteur d’un mois de décembre plus que convaincant et d’un début janvier au-dessus des autres, il a plongé à l’arrivée de Le Guen. Le nouvel entraîneur du PSG n’a pas caché sa déception lors des premiers matches de Kalou et l’a sorti de l’équipe type. Sa dernière performance contre Benfica lui a toutefois redonné du poids dans l’esprit du Breton. Sa capacité à décrocher, à accélérer et à porter rapidement le danger devant le but sont autant d’armes dont Paris ne peut se dispenser dans cette période de crise sportive. Kalou fait également partie des joueurs dont Le Guen disait hier : « Il faut que les plus expérimentés parviennent à hausser le niveau des autres. »

Pierre-Alain FRAU
Pour sa première saison à Paris, il a plus souvent pris place dans les tribunes – à cause de sa suspension de deux mois et de blessures – ou sur le banc. Mais il reste sur trois titularisations consécutives et présente l’avantage de pouvoir jouer en pointe ou sur la droite. Depuis quelques semaines, Frau semble retrouver rythme et efficacité. Lorsque Le Guen l’a aligné en pointe, l’ancien Sochalien a offert, par la diversité de ses appels, des solutions dans la profondeur que ne propose plus Pauleta. À son passif, un manque de réalisme. Finalement, c’est jeudi, en Coupe de l’UEFA, lorsque son entraîneur l’a aligné à droite, que Frau a marqué et s’est montré le plus dangereux. Son souci du replacement défensif est, par ailleurs, un aspect qui plaît à Le Guen.

Amara DIANÉ
Cette saison, il lui est arrivé quelquefois d’être brillant et décisif, comme contre Rennes (1-0) ou Monaco (4-2), mais aussi de passer trop souvent à côté de ses matches. S’il peut éliminer les défenseurs comme un slalomeur efface un piquet, Diané utilise trop souvent sa vitesse et ses dribbles tête baissée, sans observer les mouvements de ses coéquipiers. Du coup, ce qu’il a fait de bien quelques secondes plus tôt dans la même action est annulé par son manque de maturité. Par ailleurs, l’Ivoirien carbure trop souvent au moral. Il peut vite disparaître d’une rencontre. Cela porte à conséquence sur son repli défensif, inexistant. Hier, Le Guen évoquait ainsi une catégorie de « joueurs ayant besoin de s’affirmer ». Diané en fait partie.

Peguy LUYINDULA
Arrivé au mercato d’hiver, Luyindula pâtit de son manque de véritable préparation physique. Ses deux premiers matches, contre Monaco (4-2) et à Nancy (3-0), étaient porteurs d’espoir. Mais, depuis, ses dernières prestations laissent perplexes. Il n’est ni bon ni mauvais. Il cherche souvent à donner des solutions à son milieu de terrain, n’hésite jamais à décrocher, mais ne pèse pas vraiment sur le jeu du PSG. Son jeu en pivot est de qualité, mais il s’en sert trop loin du but adverse pour être vraiment dangereux. Sa motivation et sa disponibilité sur le terrain sont, en revanche, indiscutables. Luyindula ne se cache jamais. « C’est difficile pour moi de jouer à mon réel niveau en raison de ma préparation, explique-t-il. Mais j’essaie d’apporter ce que je peux pour que le PSG s’en sorte. »


Luisao out pour le retour contre le PSG

Le défenseur central international brésilien de Benfica Luisao, qui a aggravé une torsion à un genou en taclant Rothen à la 33e minute du huitième de finale aller de Coupe UEFA contre le PSG, jeudi (1-2), est d’ores et déjà forfait pour le match retour, qui aura lieu mercredi à Lisbonne.
Revenir en haut Aller en bas
http://forum.culturepsg.com
iwardnoyo
Entraineur
Entraineur


Nombre de messages : 3156
Date d'inscription : 05/05/2005

Revue de Presse - Page 28 Empty
MessageSujet: Re: Revue de Presse   Revue de Presse - Page 28 EmptyDim 11 Mar - 14:41

c'est bien que luisao ne jouera pas lol
Revenir en haut Aller en bas
2BPSG
Légende PsgOnline
Légende PsgOnline
2BPSG

Masculin Nombre de messages : 36920
Age : 34
Localisation : Vincennes (94)
Date d'inscription : 19/02/2005

Revue de Presse - Page 28 Empty
MessageSujet: Re: Revue de Presse   Revue de Presse - Page 28 EmptyMar 13 Mar - 5:28

Paris aspiré vers le bas
Paris va très mal. La spirale de la défaite s'est poursuivie dimanche avec un revers face à Auxerre (0-1). Une prestation fort décevante après un sursaut devant Benfica trois jours plus tôt en Coupe de l'UEFA. Malgré un bon début de match, les hommes de Paul Le Guen sont rapidement retombés dans leurs habituels travers. Menés au score, ils sont redevenus fébriles, incapables de sonner la révolte et de montrer une réelle force de caractère. Une mauvaise nouvelle car sans un mental fort, ils fonceront en Ligue 2.

"La situation est grave et préoccupante." Abattu, Paul Le Guen ne peut nier l'évidence. Encore battu au Parc des Princes (septième revers de la saison à domicile), le PSG ne parvient pas à relever la tête et file tout droit vers la Ligue 2. Depuis le revers concédé face à Saint-Etienne (0-2), la dynamique de la victoire a laissé place à une série noire qui ne semble guère vouloir s'inverser. Battu à Sedan par le dernier du championnat la semaine dernière, Paris avait alors plongé dans la zone de relégation. Cette fois, la défaite les a fait reculer d'un nouveau rang. Et encore, à quelques secondes près la dernière place leur tendait virtuellement les bras puisque Sedan a mené à Lens.

Une place de lanterne rouge qui aurait alors symbolisé parfaitement les maux actuels du PSG. Evidemment, la situation n'a rien d'inextricable dans la mesure où le premier non relégable, Troyes, ne compte que deux points de plus que Paris. C'est une lutte à six ou sept qui est engagée et il y aura trois malheureux au final. "C'est dur, mais je veux me battre jusqu'à la dernière journée. Je suis prêt à me bagarrer. Il faut arriver à sortir de ce cycle de défaites", plaide l'entraîneur du PSG. La volonté d'y croire et de s'accrocher doit effectivement servir de stimulant à une équipe de Paris qui découvre la lutte pour le maintien.

De Lisbonne à Rennes

Le terme de découverte n'a rien d'usurpé. Plus que le beau jeu, cette équipe va devoir se battre sur chaque action et ne pas se contenter d'une prétendue qualité technique. C'est avec les tripes et un mental en acier que les joueurs parviendront à inverser la tendance. Et c'est bien là le premier souci de Paul Le Guen qui a beau tenter de regonfler le moral de ses troupes, face à l'évidence il ne peut plus grand-chose. Pourquoi face à Auxerre son équipe a-t-elle baissé de pied après un premier quart d'heure de jeu très correct ?

Elle ne pourra pas prétendre que le public l'a lâché. "Le public a été formidable et nous aurions aimé le remercier", précise d'ailleurs Le Guen. Cela aurait pu être le cas puisque Pauleta et compagnie s'étaient procuré plusieurs occasions nettes en début de match. C'était avant que les Bourguignons ne touchent du bois puis marque un but. Après, ils ont évolué avec la peur au ventre et sans un Landreau efficace qui remportera tout de même trois face-à-face, l'addition aurait pu être encore plus salée...

Paris va désormais se tourner vers une Coupe de l'UEFA qu'elle ne sait pas vraiment comment aborder. Après le match aller les joueurs expliquaient ne pas vouloir lâcher prise à Lisbonne. Peut-être Paul Le Guen fera-t-il comme à Athènes afin de ménager ses titulaires. Et tant mieux si les remplaçants savent se servir de l'avantage acquis à l'aller (2-1). C'est la solution qui semble tenir la corde aujourd'hui. Quoiqu'il en soit, le PSG va rapidement partir au Portugal et ne fera pas de crochet par Paris avant le match de Rennes de dimanche. Le club a décidé de partir directement en Bretagne pour un mini-stage commando de quatre jours. Loin du Parc, le groupe aura peut-être les idées plus claires...

Revue de Presse - Page 28 Rothendecumaxiz9

Toute la déception de Jérôme Rothen après ce nouveau revers.
Revenir en haut Aller en bas
iwardnoyo
Entraineur
Entraineur


Nombre de messages : 3156
Date d'inscription : 05/05/2005

Revue de Presse - Page 28 Empty
MessageSujet: Re: Revue de Presse   Revue de Presse - Page 28 EmptyMar 13 Mar - 21:35

rothen baisse pas les bras!
Revenir en haut Aller en bas
NeiBaF
Légende PsgOnline
Légende PsgOnline
NeiBaF

Masculin Nombre de messages : 10656
Age : 34
Localisation : Alfortville
Emploi : Data operator
Date d'inscription : 28/05/2005

Revue de Presse - Page 28 Empty
MessageSujet: Re: Revue de Presse   Revue de Presse - Page 28 EmptyJeu 15 Mar - 17:16

Jeudi 15 Mars

Revue de Presse - Page 28 Logov37bl

Paris entre deux eaux

Avant-dernier de Ligue 1, le PSG, vainqueur à l’aller (2-1), rêve d’être le seul club français en quarts de finale de Coupe d’Europe. Encore une fois, Paul Le Guen n’alignera pas en Coupe d’Europe l’équipe-type du Paris-SG puisque certains titulaires habituels seront au repos. L’entraîneur parisien sait la mission compliquée, mais il compte sur ceux qui joueront pour préserver l’avantage acquis au match aller (2-1) et retrouver la confiance avant un déplacement capital en Ligue 1, dimanche à Rennes.

C’EST DEVENU UNE HABITUDE chez Paul Le Guen et elle n’est pas synonyme de renoncement. Ce soir à Lisbonne, à quatre-vingt-dix minutes d’une place en quarts de finale de la Coupe de l’UEFA, l’entraîneur parisien n’alignera pas nécessairement l’équipe qu’il considère comme la meilleure de la saison. « Ce sera un mélange entre les habituels titulaires et les autres », confiait-il hier. À l’image des deux matches contre l’AEK d’Athènes (2-0, 2-0), au tour précédent, ou comme à Sochaux (1-2), en Coupe de France, il présentera donc une formation remaniée, reposera les joueurs les plus éprouvés dans le but de les préserver pour la rencontre dominicale de Championnat contre Rennes, objectif de la semaine, mais attendra beaucoup de ceux qu’il lancera, relancera ou confortera pour conserver le maigre avantage acquis au Parc des princes.
Car cette victoire à l’aller (2-1) a fait naître quelques espérances au PSG. Ni son président ni son entraîneur et encore moins les joueurs ne comptent abandonner une compétition qui représente une bouffée d’oxygène dans un début d’année 2007 qui a conduit le club au bord de l’apoplexie. Le Guen a bien défini un ordre des priorités qui ne place pas l’UEFA à son sommet, mais il mesure les bénéfices psychologiques d’une éventuelle qualification. Après la victoire en Grèce, Paris ne l’avait-il pas emporté en Championnat à Nancy (3-0) trois jours plus tard ? Il sait aussi qu’il ne sert à rien de théoriser une méthode. Alors, il fait au cas par cas. Les joueurs physiquement atteints ne seront pas titulaires ce soir au stade de la Luz. Cristian Rodriguez (mollet) et Édouard Cissé (adducteurs), par exemple, n’ont même pas fait le voyage. Sylvain Armand, qui ressent toujours une douleur à un genou après le match aller, sera remplaçant, voire absent de la feuille de match. Bonaventure Kalou, peu en réussite contre Auxerre dimanche, Pierre- Alain Frau, trop peu régulier, et Bernard Mendy, bien peu en forme, devraient quant à eux prendre place sur le banc.

Le retour de Mabiala

Encore une fois, Le Guen va donc lancer un onze inédit cette saison. À Athènes, c’est le jeune Mamadou Sakho (17 ans) qui avait eu la joie d’effectuer ses premiers pas de professionnel. À Lisbonne, ce sera le latéral droit Larrys Mabiala (19 ans), formé au club également et dont le président Cayzac dit le plus grand bien, qui découvrira l’Europe. On l’avait déjà aperçu chez les grands en Coupe de la Ligue, contre Lorient (3-1, le 20 septembre 2006), mais il avait ensuite été balayé par un virus qui l’avait écarté des terrains de longues semaines.
La moyenne d’âge de la défense ne sera pas considérablement relevée par Boukary Dramé ((21 ans), qui récupère une place de titulaire à gauche, trois semaines après la déroute contre Saint-Étienne (0-2, en Ligue 1). Le Guen relance aussi Sammy Traoré dans l’axe (voir ci-dessous), au côté de David Rozehnal. Une titularisation dont on se dit qu’elle pourrait trouver un prolongement d’ici à la fin de saison si l’ancien Niçois, rompu aux combats pour éviter la relégation, étouffait Miccoli and co.
Mais l’entraîneur parisien ne va pas non plus ménager tout le monde. Jérôme Rothen, suspendu contre Rennes dans trois jours, sera au milieu de terrain et fera partie des cadres, avec Marcelo Gallardo, Peguy Luyindula ou Pauleta, censés défendre les chances du PSG en Coupe d’Europe. Ceux-là, à l’image du capitaine portugais, ont sûrement une partie de leur esprit tournée vers le Championnat, mais ils savent qu’une qualification pourrait redonner un début de sourire à tout le monde avant le déplacement en Bretagne.
« De toute façon, on joue une compétition pour aller le plus loin possible, assurait Le Guen hier. Moi, j’y crois. Il faut que les joueurs y croient aussi. Il faut tenter de mener les choses de front, en sachant que la situation n’est pas idéale. » Dernier représentant français en Europe après l’élimination de Lens (voir page 5), hier, l’avant-dernier de la Ligue 1 se doute qu’éliminer Benfica ne le fera pas forcément gagner à Rennes. Mais une défaite au Portugal non plus. Alors Paris, avec ses moyens, est bien décidé à ne pas brader la seule épreuve qui lui procure encore du plaisir.


Pauleta : « Je n’arrive pas vraiment à savourer »

PAULETA, le capitaine du PSG, obnubilé par le classement de Ligue 1, ne profite pas vraiment de son retour au pays.

Hier, juste avant le début de l’entraînement, Pedro Pauleta s’est présenté en conférence de presse. Le visage fermé, la voix hésitante, il a juré qu’il ne lâcherait pas le match retour, même si son esprit est uniquement tourné vers la L 1.

AVEZ-VOUS DIGÉRÉ la défaite subie face à Auxerre (0-1) ?
Toutes les défaites font mal. On espérait vraiment gagner mais voilà, on a perdu. Maintenant, le match le plus important, c’est celui qui vient.

Mais qu’est-ce qui est le plus important, pour le club ?
Le Championnat, évidemment, mais ici, on ne va pas lâcher. Je sais que ça va être très difficile car Benfica est une très grande équipe mais je crois vraiment qu’on a la qualité pour passer.

Que ressentez-vous avant de jouer dans votre pays, au Portugal ?
Je n’arrive pas vraiment à savourer, à prendre du plaisir. J’ai la tête au Championnat. Je ne pense qu’à ça.

Avez-vous conscience que vous allez peut-être jouer le dernier match européen de votre carrière ?
J’espère que ce ne sera pas le dernier. J’espère qu’on fera un grand match. Une élimination est toujours très difficile à digérer mais c’est vrai que, là, ce sera peut-être un peu plus facile.

Comment vont vos partenaires ?
Nous sommes très tristes, nous sommes tous conscients de la situation. Maintenant, le plus important, c’est le terrain. Il faut agir. On a déjà beaucoup parlé. Tout le monde doit donner le maximum sur le terrain.

Quels souvenirs gardez-vous de ce stade ?
Ils ne sont pas très bons. J’ai perdu la finale du Championnat d’Europe contre la Grèce (0-1) en 2004. Mais ce n’est pas la dernière fois que j’y ai joué. J’y ai aussi disputé un match éliminatoire de la dernière Coupe du monde mais je n’avais pas marqué (contre la Slovaquie, 2-0).


Traoré, la solution ?

Très peu utilisé par Paul Le Guen, le défenseur international malien possède pourtant le profil type du joueur dont le club a besoin.

CE SOIR, SAMMY TRAORÉ commencera le match dans le onze de départ parisien. Il va certainement goûter cet instant avec joie, car ça ne lui arrive pas très souvent depuis l’arrivée de Paul Le Guen : ce sera même seulement la quatrième fois. En effet, le staff technique ne compte pas vraiment sur lui, surtout en Ligue 1, puisqu’il n’a été titularisé qu’à Sedan (0-2) par le nouveau staff en Championnat. Pourtant, au mois de janvier, l’entraîneur s’était catégoriquement opposé à son départ. Traoré était, à l’époque, en contact avec Nice, qui l’avait vendu six mois plus tôt 1,5 million d’euros.« On ne renforce pas un concurrent direct », avait alors justifié la direction parisienne. Un argument recevable. « Je suis intransférable », avait plaisanté le joueur à la fin du mercato.
Aujourd’hui, il assure ne rien regretter : « J’ai voulu partir parce qu’un club, Nice en l’occurrence, m’offrait un temps de jeu supérieur. Franchement, je ne regrette pas, même si je ne joue pas beaucoup. Mais je n’ai pas envie de me plaindre, je ne suis pas un mec à polémiques. La situation est grave. L’état d’alerte a été déclenché. Il n’y a pas de place pour les états d’âme. » Pourtant, des décisions l’ont heurté. Il n’a pas compris, par exemple, pourquoi le jeune Sakho lui avait été préféré jeudi dernier, au Parc des Princes, pour la venue de Benfica (2-1). « J’aurais aimé des explications, explique-t-il, mais c’est comme ça. Je suis dans une situation bâtarde. Cela dit, je me sens complètement impliqué par ce qui se passe au PSG. Paris, c’est ma ville, c’est mon club. Je sais ce qu’est une lutte pour le maintien. Je me suis battu des années pour ça avec Nice, je sais aussi ce qu’est la L 2. Je l’ai bien connue avec Créteil. Franchement ,je ne suis pas verni. En ce moment, tous mes clubs galèrent (*). »

Performant à Athènes

Traoré n’est évidemment pas le plus habile des techniciens, ni le meilleur relanceur, mais c’est un joueur de caractère, dur sur l’homme, agressif et capable de se muer en leader. Un profil rare, aujourd’hui, dans un groupe gagné par la peur, souvent incapable de relever la tête après une claque. Pourtant, l’international malien ne joue guère. S’est-il totalement égaré quand Le Guen a fait appel à lui ? Pas plus qu’un autre. À Sedan, le collectif avait sombré (0-2).À Sochaux (1-2), en quarts de finale de la Coupe de France, il avait fait ce qu’il avait pu au sein d’une équipe hybride et très rajeunie. Et, à Athènes contre l’AEK, au tour précédent, il s’était illustré (2-0). Il avait inscrit le premier but et soulagé Landreau, repoussant plusieurs initiatives grecques. Une performance récompensée par le trophée de meilleur homme du match, un objet qui fait la fierté de son fils. Ce soir, Traoré ne jouera pas pour glaner une autre statue. « On n’est pas là en touristes, prévient- il, mais pour passer et préparer au mieux nos déplacements à Rennes et à Lens (en Ligue 1). » Et en ce qui le concerne, même s’il ne le dira pas, aussi pour essayer de se faire une plus grande place en défense centrale.

(*) Si Nice n’est plus en position de relégable (16e), Créteil, en revanche, est avant-dernier de Ligue 2.


Benfica y croit

Le club portugais, redevenu ambitieux, se considère comme favori de la confrontation avec les Parisiens.

LE PSG VISITE aujourd’hui ce qui pourrait devenir une forme d’exemple. Pendant une bonne dizaine d’années, alors que le football européen vivait une profonde mutation, le Benfica Lisbonne s’est regardé le nombril. L’œil rivé sur son immense palmarès, le club était devenu un musée. Un ancien géant qui avait lentement sombré, incapable d’adapter ses structures et, surtout, son comportement à la nouvelledonne. Dépassé par leFC Portoau pays, le club a mis dix ans à s’affranchir. En 2004, alors que les Dragons de Mourinho étaient sacrés champions d’Europe à Gelsenkirchen, les « Aigles » reprenaient une trajectoire ascendante en remportant la Coupedu Portugal contre Porto.
Et en commençant enfin par le début : les structures. Grâce à l’Euro 2004, l’institution supportée par la moitié du Portugal dispose d’un nouveau stade de la Luz. Et, depuis quelques mois, elle a pris possession d’un vrai centre d’entraînement situé à Seixal, sur l’autre rive du Tage.
Sevré de titre national depuis 1994 (comme le PSG), il a réparé cet accident de l’histoire en devenant enfin champion en 2005, sous la coupe de Trapattoni. La saison passée, Ronald Koeman l’a mené jusqu’aux quarts de finale de la Ligue des champions (0-0 et 0-2 contre Barcelone). Et Benfica a accueilli cette performance pour ce qu’elle est : un vrai exploit pour un représentant d’un Championnat dévalué. Aujourd’hui, les Lisboètes ne se racontent plus d’histoires. Ils restent farouchement fiers de la glorieuse époque, celle où tout adversaire européen débarquait ici avec les genoux qui tremblaient.
Mais ils ont pris acte du contexte. Et adapté leurs ambitions. Désormais, Benfica souhaite avant tout dominer au Portugal et briller, si possible, au second échelon européen. Il a terminé troisième de son groupe en première phase de Ligue des champions mais n’en a pas fait une maladie.

L’enfer de la Luz

Au contraire. Ilen a profité pour se fixer un objectif ambitieux mais raisonnable : « On veut gagner le Championnat et la Coupe de l’UEFA », plastronne son président, Luis Filipe Vieira. Pour cela Benfica doit commencer par estoquer Paris sans Luisao, son meilleur défenseur, ni Quim, son gardien titulaire. Dans le but officiera ainsi Moreira, qui n’a plus débuté une rencontre officielle depuis octobre 2005. Cela n’entame pas, apparemment, la confiance des intéressés. Hier l’entraîneur lisboète a assuré : « Contre Paris, nous sommes favoris, naturellement. »
Fernando Santos était déjà un des techniciens locaux les plus respectés avant de signer à Benfica, cet été. Son crédit a encore enflé car, avec lui, le stade de la Luz est redevenu un enfer pour les visiteurs : en dix matches de Championnat, les « encarnados » (*) ont aligné neuf victoires pour un nul. C’est encore mieux qu’en 1989-90 quand, sous Sven-Göran Eriksson, Benfica avait gagné huit fois pour deux nuls.

(*) « Couleur sang ». Sous la dictature Salazar, jusqu’en 1974, il était mal venu d’utiliser l’adjectif « rouge », assimilé au communisme. Le terme est resté.

La LUZ bien plein

Hier soir, il restait environ 13 000 billets en vente. Le stade de la Luz, qui peut contenir environ 65 000 personnes, devrait donc être quasi comble, ce qui rappelle au PSG que ce huitième de finale est vraiment perçu comme un événement à Lisbonne.
Revenir en haut Aller en bas
http://forum.culturepsg.com
Contenu sponsorisé




Revue de Presse - Page 28 Empty
MessageSujet: Re: Revue de Presse   Revue de Presse - Page 28 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Revue de Presse
Revenir en haut 
Page 28 sur 30Aller à la page : Précédent  1 ... 15 ... 27, 28, 29, 30  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PSG Online :: PARIS SAINT-GERMAIN :: Actu Club-
Sauter vers: